Abonnez-vous à la newsletter pour recevoir les derniers articles par mail !

 

Le call-to-action (CTA) se présente comme un bouton dont l’objectif est d’inciter les internautes à réaliser une action bien précise. En l’occurrence « cliquer » sur celui-ci.

Le choix du message à intégrer dans l’appel à l’action doit être réfléchi pour encourager les visiteurs à agir. Ce bouton se caractérise par une conception cohérente et précise. Sinon, il risque de faire fuir les internautes.

Pour vous aider à y voir plus clair, voici 4 exemples de CTA à oublier dès maintenant !

 

L’utilisation de termes vides

Parfois, les call-to-action ont recours à des termes vides de sens ou inappropriés. Ils dégagent le sentiment que le rédacteur du message a vainement tenté de remplir un espace avec du texte.

Qui n’a pas déjà vu une fois l’appel à l’action « Inscrivez-vous à notre newsletter » ? Ce type de message n’apporte aucune valeur ajoutée. Il est ennuyeux.

Des appels à l’action tels que « Rejoignez-nous » ou « Rejoignez notre communauté grandissante » peuvent être mal perçus par les lecteurs.  Ces CTA semblent faire référence à une communauté, par conséquent, les internautes peuvent se sentir exclus et marginalisés.

 

Les fausses promesses

Il n’y a rien de pire que de promettre la lune, pour finalement offrir un caillou. Évitez de survendre votre offre d’essai, votre livre blanc ou votre produit. Le cas échéant, leur déception sera grande, ce qui peut conduire à des retombées négatives.

Non seulement, ils ne reviendront plus sur votre site et se désabonneront de vos réseaux sociaux, mais ils risquent aussi de faire part de leur déception auprès de leurs proches, sur leur blog, dans les forums, sur les plateformes sociales, etc.

Votre e-réputation va en prendre un sacré coup et ce sera mérité !

Alors, ne cédez pas à la tentation de suroptimiser votre CTA. Restez honnête.

 

Un style passif agressif

Une des pires techniques à utiliser consiste à blâmer vos lecteurs. Lorsque vous rédigez un appel à l’action du style « Débarrassez-vous de vos dettes » ou « Vivez librement », vous semblez simplement condescendant à l’égard de vos lecteurs.

Dans la majorité des cas, les internautes qui se refusent à accorder leur opt-in, le font car ils n’aiment pas votre offre.

La rédaction passive agressive est contre-productive.

Revoyez plutôt votre message commercial, voire votre offre.

 

L’intégration dans une pop-up

Vous aimez faire apparaître vos appels à l’action dans une pop-up ? Laissez tomber immédiatement cette pratique ! Ces fenêtres, souvent considérées comme intempestives, peuvent apparaître aux yeux des internautes comme de simples gadgets ne présentant pas le moindre intérêt.

Un CTA a pour objectif d’inciter les visiteurs à cliquer dessus et non pas à le fermer ou le contourner.

Pour que vos call-to-action favorisent le taux d’engagement, vous devez d’abord apporter de la valeur ajoutée à votre cible. Montrez que vous êtes un expert et que vous maîtrisez votre sujet pour les rassurer.

Proposez alors votre CTA en bas d’un article, dans la barre latérale ou via une fenêtre qui s’affiche en bas de page, à la fin de la lecture.

 

Pour qu’un call-to-action remplisse vos objectifs, prenez le temps de sortir du carcan des CTA classiques et sans aucune originalité. Évitez les landing page standards qui n’apportent aucune valeur ajoutée aux lecteurs ou, pire encore, qui font de fausses promesses. Vous verrez alors une nette progression dans votre taux de conversion !

 

On travaille ensemble ?

Articles similaires :

Pin It on Pinterest

Vous avez trouvé cet article utile ?

Partagez-le sur vos réseaux sociaux ❤️

7681d92dcfe0b5f44bbc03ffd6994b7eEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE